Lieuvillers

 

     

u Retour à l'accueil

  Sommaire de la page:
  

 

 
    Vie de la Société
u Agenda   Nouvelles parutions
u Articles   Dans les revues spécialisées
u Contacts et liens   Trésors monétaires
u Documentation   Dans la Presse
u Infonumis    
    Info. archivées
 

 

 

Vendredi 27 juin 2014

Inauguration du square Jean Foy-Vaillant

Donnant suite à une demande formulée par notre club, la municipalité de Beauvais a donné à un square jouxtant l’église Saint-Etienne   de Beauvais le nom de square Jean Foy-Vaillant.  C’est Madame Cayeux, maire de Beauvais, qui   devant plus d’une centaine de personnes a   dévoilé la plaque. Après une visite commentée   du square, les participants se sont rendus dans   l’une des salles de l’hôtel de ville, où notre   président Bernard Garault a présenté  une exposition  relative à la vie de ce grand numismate avant qu’un vin d’honneur ne clôture cette  sympathique manifestation.

 

Madame Cayeux dévoile la plaque


   


Philippe Schiesser

Monnaies et circulation monétaire mérovingienne (vers 670 - vers 750)

Le monnayage d'argent de Touraine

 

 - Format A 4
 - Broché, 240 pages 
 - Monnaies, dans le texte, illustrées en couleur
 -
Prix: 40 € .
 - Membres de la SÉNA: 35 € France / 45 € hors France

                              Bon de commande à télécharger sur www.sena.fr

 

 

 

          

 

 


Philippe David

Monnayage de Beauvais

Étude historique et numismatique

Éditions du Groupe d'Étude des Monuments et Œuvres d'art

de l'Oise et du Beauvaisis


 - 2016 - Bulletin n° 165 - 166
 - Format 210 x 297 cm.
 - Nombreuses illustrations
 - Prix: 17 €

Bulletin en vente dans les librairies et auprès du club numismatique de Beauvais

 
       

Bernard Garault

Le pesage monétaire

Boîtes et poids de France du XIIe au XIXe siècle

Éditions Les Chevau-légers 2012 

 - Format 145 x 210 cm.
 - Toutes les photos sont en couleur
 - Le texte de Bernard Garault qui comprend 172 pages est suivi d'une réédition du "Manuel des poids monétaires" de A. Dieudonné. Le livre présente donc un total de 184 pages + 16 planches
 
 -
Prix: 29 €

                              Cet ouvrage est en vente en librairie et à la CGB

 

          

 

     

Au sommaire du dernier bulletin paru de la Société Française de Numismatique (mai 2017) 

     


  



Un trésor de 5248 pièces anglo-saxonnes

découvert en Angleterre

 

Le 21 décembre 2014, un anglais, Paul Coleman, muni d’un détecteur de métaux, a découvert, près de Lenborough, dans le Buckinghamshire, un trésor de 5248 pièces anglo saxonnes. 985 pièces datent du règne d'Ethelred le Retardataire, dans les années 990 de notre ère, tandis que les 4263 autres pièces datent du règne de son successeur Canute. Les pièces ont été déposées au musée d'Aylesbury avant d'être envoyées au British Museum pour des analyses plus approfondies.

L'une des pièces du trésor est une pièce du type "Agnus Dei" qui présente l'agneau de dieu et l'oriflamme. Cette pièce pourrait être unique. Brett Thorn, du Musée du Buckinghamshire a affirmé qu'il s'agissait d'une pièce fautée. L'oriflamme devrait présenter au revers une colombe de la paix, or ce n'est pas le cas, il n'y qu'une courte crosse. Quelqu'un a commis une erreur lors de la fabrication de la pièce, mais comme elle est fabriquée en bon argent elle a malgré tout été mise en circulation.

 

Découverte d'un trésor

de monnaies romaines en Suisse

 


 
Quelques pièces du trésor

22-11-2015
Un agriculteur a découvert un important trésor de monnaies romaines alors qu'il inspectait son verger. Le trésor enterré il y a plus de 1700 ans est composé de plus de 4000 monnaies romaines de bronze. L'annonce de la trouvaille a eu lieu jeudi 19 novembre 2015, mais la découverte remonte au mois de juillet dernier. La découverte a eu lieu en Suisse, à Ueken, dans le canton d'Aargau.
Le trésor contient pas moins de 4166 pièces de monnaie romaines de la fin du IIIème siècle après JC, en excellent état de conservation. L'ensemble des pièces pèse plus de 15 kilos. Il s'agit d'un des plus gros trésors de monnaies romaines découvert en Suisse.
La découverte remonte au mois de juillet dernier. L'agriculteur inspectait ses pommiers quand il a trouvé une monnaie verdâtre sur une taupinière. Quelques mois auparavant des vestiges romains avaient déjà été découverts près de l'agglomération de Frick, et le fermier s'est douté qu'il pouvait s'agir d'une monnaie romaine.Il a alors contacté les services archéologiques et son intuition s'est avérée exacte : il s'agissait bien d'une monnaie romaine.
De discrètes fouilles archéologiques ont alors été entreprises et ce ne sont pas moins de 4166 pièces dans un excellent état de conservation qui ont été mises au jour.
Le numismate Suisse Hugo Doppler a identifié les empereurs romains représentés sur les monnaies. Dans le trésor se trouvent des pièces d'Aurelien (270-275), Tacite (275-276), Probus (276-282), Carus (283-285), Dioclétien (284-305) et Maximien (286-305). La pièce la plus récente du trésor date de 294 après JC.
L'archéologue Georg Matter a déclaré à l'AFP que le lieu où ont été découvertes les pièces n'était pas bâti dans l'antiquité et que l'endroit était cultivé depuis très longtemps. D'après l'archéologue les pièces semblent avoir peu circulé car leur état de conservation est excellent et il est possible que leur propriétaire les ait thésaurisées immédiatement après les avoir récupérées.
On ignore pourquoi il a enterré son trésor au cours de l'année 294. Un fait est certain : le propriétaire des pièces n'est jamais venu les récupérer.
Une partie des pièces était contenue dans des bourses de cuir.
Ces pièces sont des antoniniens, c'est-à-dire des monnaies de bronze initialement recouverte d'une fine couche d'argent. Quelques pièces contiennent cependant jusqu'à 5% d'argent pur.
Georg Matter a déclaré qu'il était impossible de déterminer le pouvoir d'achat d'un tel trésor à l'époque en raison de la forte inflation qui régnait alors. Cependant, il y a là à coup sûr 1 ou 2 ans de revenus.

 
   



Découverte d'un trésor

à Neuville-Bosmont (Aisne)

 

Le jeudi 20 février 2014 un homme de 27 ans travaillait sur un chantier de réinsertion dans l’église de La Neuville-Bosmont, près de Marle, au nord de l’Aisne. En attaquant au burin l’ancien enduit d’un pilier pour en refaire les joints, il vit s’ouvrir une cavité. À l’intérieur, six pièces d’or, dont des louis et des écus datés pour certaines du XVIe siècle.
Les pièces devraient donc être expertisées par un cabinet de renommée internationale. Plusieurs solutions pourraient ensuite être envisagées entre les deux parties (découvreur et propriétaire du « terrain », en l’occurrence, la commune ou la communauté de communes) dont une vente, pour laquelle le produit serait partagé à 50/50.
Actuellement, les pièces sont rangées dans un coffre.

 Réf : COURRIER PICARD 11 juillet 2014 Édition de Noyon

 Pour lire l’article du journal, cliquez sur le lien ci-dessous:
 
http://www.courrier-picard.fr/region/aisne-des-pieces-d-or-sur-le-chantier-de-l-eglise-ia0b0n403944

 

Le trésor de Bitterley déclaré trésor officiel 


Le trésor de Bitterley au moment de sa découverte

Le trésor anglais de Bitterley, qui date des guerres civiles et qui a été découvert dans le sud du Shropshire vient d'être déclaré officiellement en tant que trésor.
Les 138 pièces qui composent le trésor datent de 350 ans. Les monnaies ont été découvertes à Bitterley en Angleterre, près de Ludlow, par un prospecteur du nom d'Howard Murphy l'année dernière. Ces monnaies ont une grande valeur historique et financière.
Enterré avant 1644 le trésor contient 137 pièces d'argent et une seule pièce d'or. Ce trésor vient d'être déclaré officiellement comme tel par l'officier britannique en charge de ces questions. Cela signifie que les Musées vont avoir le droit de l'acquérir s'ils le veulent.
Les pièces vont être évaluées par le British Museum et le Conseil du Shropshire a déclaré son intention de l'acquérir.
Il a déclaré s'être rendu compte de l'importance de sa trouvaille quand il a vu les pièces dans cette poterie qui reposait à une faible profondeur.
Le site a été fouillé par une équipe du British Museum, qui a déclaré que les pièces étaient proprement rangées dans une bourse de cuir elle-même placée dans une poterie.

Les premières recherches suggèrent que le trésor, qui est constitué de 137 pièces d'argent et d'une pièce d'or pourrait avoir été enterré après 1644, probablement pendant la Guerre Civile qui sévissait alors en Angleterre.
L'Officier de Liaison du Portable Antiquities Scheme a déclaré que le trésor avait été enterré "dans l'urgence". Le sol autour du trésor n'avait pas été remué depuis 350 ans.
Ce trésor, a déclaré quant à lui le conseiller municipal Mike Owen, "jette un rayon de lumière sur une période sombre et turbulente dans le passé du Shropshire". M. Murphy, qui a découvert le trésor, peut espérer recevoir un pourcentage du montant de la vente.

 

Un trésor de 700.000 euros
mis à jour dans une maison de Champagne

   
  Mardi 14 février 2012  
 

 

Un trésor d'une valeur de 700.000 euros a été découvert par des ouvriers de la Maison de Champagne Alexandre Bonnet, dans le célèbre cru des Riceys, dans le sud de la Champagne, alors qu'ils effectuaient des travaux de rénovation.
En détachant un plafond de plâtre, des petits sacs cachés entre les solives sont tombés du plafond. Chaque sac contenait 50 pièces d'or de 20 dollars. En tout, ce sont 497 pièces qui ont ainsi été trouvées, représentant au total près de 17 kilos d'or représentant 700.00 euros. Ces pièces bien connues des collectionneurs ont été frappées entre 1851 et 1928, ce qui laisse supposer que le trésor pourrait dater des années 30. « Peut-être est-il lié aux exportations vers les USA sous la prohibition, dont on peut imaginer qu'elles étaient payées "en espèces" du fait de cette interdiction de l'importation de vins et autres boissons alcoolisées », a déclaré Philippe Baijot, le PDG de la maison Alexandre Bonnet, qui fait partie du groupe Lanson-BCC. Par mesure de sécurité, le trésor a été transféré dans la chambre forte d'une banque le jour même.
A l'issue des procédures légales, le trésor pourrait revenir pour moitié à l'équipe d'ouvriers découvreurs et pour moitié à la Maison Alexandre Bonnet, propriétaire du bâtiment depuis 1981*

*
(art. 716) La propriété d'un trésor appartient à celui qui le trouve dans son propre fonds ; si le trésor est trouvé dans le fonds d'autrui, il appartient pour moitié à celui qui l'a découvert, et pour l'autre moitié au propriétaire du fonds.

 
 
 
 
 



Découverte d'un trésor de 293 pièces celtes

AFP.  29 mars 2012


Ci-dessus, photo du  trésor de Füllinsdorf

 

Un trésor composé de 293 pièces de monnaie celtes en argent a été découvert à Füllinsdorf, dans le canton de Bâle (nord-ouest), a annoncé hier le service cantonal d’archéologie. Pour le chef du département de la culture Urs Wütrich, ce trésor est la plus importante découverte archéologique jamais trouvée en Suisse. « C’est la découverte du siècle », selon lui. Les pièces étaient disséminées sur 50 m2, mais elles ont probablement été enterrées ensemble. Les pièces mesurent chacune environ un centimètre de diamètre et pèsent à peine 2 grammes. Ensemble, elles pèsent environ 500 grammes. Les pièces sont exposées temporairement dans un musée de Liestal avant que les scientifiques les reprennent pour les étudier. La plupart des pièces sont des « quinaires de Kaletedou », inspirés par les monnaies romaines, mais plus petits. Originaires de l’est de la France, ces pièces étaient aussi utilisées sur le territoire qui forme la Suisse actuellement. Les pièces découvertes à Füllinsdorf ont été enterrées vers 80 ou 70 avant Jésus-Christ. À l’époque, une ville celte se trouvait à l’emplacement de la ville de Bâle. Il y avait aussi des villages celtes sur ce qui est aujourd’hui Bâle-Campagne.

 
 

 Le journal de Clermont. Vendredi 22 décembre 1911

  Mais c'était au siècle dernier !

Émission de fausse monnaie

        
      Lundi soir, la police de Beauvais a arrêté deux fausses monnayeuses, qui revenaient de Saint-Just en Chaussée, les nommées Charlotte Trouvé, 23 ans et sa belle-sœur Clarisse Bénazet, 22 ans, femme Trouvé, vivant maritalement avec un nommé Delaplace, actuellement soldat à Laon.
          Ces deux femmes habitaient Beauvais depuis trois mois, au 49 de la rue Malherbe. D’après leurs dires, elles demeuraient précédemment à Clermont. La femme Trouvé a déclaré que c’est son amant Delaplace qui lui a enseigné la fabrication de la fausse monnaie ; lui-même aurait reçu des leçons d’un oncle qui avait été au bagne.
        
On voit que ces deux femmes ont bien profité de leurs leçons car elles fabriquaient à l’effigie de la Semeuse des pièces de deux francs qui étaient parfaitement imitées.

        

         Une perquisition à leur domicile a amené la découverte d’une presse servant à serrer les monnaies, deux moules en plâtre pour pièces de deux francs, un certain nombre de pièces de deux francs, du plâtre, une cuillère à pot servant à la fonte de l’étain, de nombreux débris de cuillères etc.
         À leur retour de Saint-Just, elles étaient en possession d’une pièce de deux francs et de treize francs de bonne monnaie qu’elles avaient échangée à Saint-Just contre de fausses pièces.
         Après interrogatoire, les deux femmes ont été conduites à la prison de Beauvais. L’une d’elles portait dans ses bras un tout jeune bébé.
       
L’instruction suit son cours et l’on recherche s’il n’y aurait pas d’autres complices.